La reconversion professionnelle dans le domaine de la relation d’aide.

Pourquoi la reconversion professionnelle est de plus en plus courante :

C’est souvent à un très jeune âge que la décision de la carrière professionnelle se prend.

Les décisions prises il y a 10, 15, 20 ans ou plus, ont des conséquences aujourd’hui qui ne sont pas toujours idéales.

Ces décisions ont parfois été prises pour des raisons qui n’ont plus de sens aujourd’hui :

Si certains ont choisi la voie tracée par leurs parents, d’autres l’ont évitée, mais ne s’en sont éloignés que modérément pour ne pas trop les décevoir.

Si certains ont opté pour la sécurité de l’emploi, d’autres ont cherché une porte de sortie rapide après l’école.

D’aucuns ont été bercés d’illusions dans un métier qui les attiraient et ils ont été déçus.

Et d’autres encore, ont fait exactement ce qu’ils ont voulu, mais les temps ont changé et soit la profession qu’ils exercent a pris un tournant sociétal critique, soit ils ne se sentent plus en phase avec leurs anciens choix.

Il arrive également que des restructurations de leur entreprise ait relégué certains à des postes qui ne leur conviennent pas, et que d’autres se retrouvent sans possibilité d’évolution.

Bref, beaucoup de personnes ne s’épanouissent pas au travail et pourtant y passent le plus clair de leur temps.

La question du sens, se pose en ayant un regard panoramique sur sa propre existence.

Les conséquences dramatiques inhérentes à ce mal-être professionnel 

Nous pouvons constater une recrudescence de problématiques liées à l’emploi, ou encore à la recherche d’emploi infructueuse, dans notre société actuelle.

Du bore-out, jusqu’au suicide, en passant par la dépression et le burn-out, il est temps d’ouvrir les yeux et de réaliser que ce qui est perçu comme une impasse par les personnes qui y sont sujettes, n’est pas à prendre à la légère.

Qu’est-ce qui peut bien pousser les individus à de telles extrêmes ?

Bien souvent c’est la peur !

La peur de passer pour quelqu’un de faible, la peur d’être raillé par le reste de la profession, de la corporation, ou tout simplement, la peur de ne pas pouvoir faire face à de lourdes charges financières.

La peur de l’inconnu, la peur de ne pas savoir quoi faire d’autre, la peur de ne plus générer suffisamment de revenus, sont aussi à prendre en considération.

Qu’il s’agisse de salariés du secteur public, ou d’entreprises privées, qu’il s’agisse d’agriculteurs, d’artisans ou d’entrepreneurs libéraux, chaque secteur est touché.

Et le constat est parfois difficile à faire.

En effet, il y a un bilan, un état des lieux à réaliser, avant de comprendre qu’il est temps de changer de stratégie avant d’en arriver à un point de non-retour.

Il est temps, parfois, également de se faire aider, accompagner, car lorsque la situation parait désespérée, le sujet n’est plus apte à prendre seul du recul et à trouver des solutions.

Oser la reconversion professionnelle :

De nombreux organismes proposent un bilan de compétence. Parfois même, il est proposé par Pôle Emploi, afin, justement d’aider la personne à définir ses points forts, ses centres d’intérêt, pour trouver ensuite, un emploi à sa mesure.

Parfois, il est même pertinent de créer son propre emploi en fonction des besoins locaux et de ses talents et de ses aspirations personnelles.

Pour certains, la perte de leur emploi précédent est une aubaine pour opérer ce changement.

Pour d’autres, ça nécessite de la patience et de l’abnégation, quand il faut conserver un temps, un travail sclérosant, tout en opérant une reconversion professionnelle.

Pour autant, lorsque l’espoir est au bout du tunnel, l’attente est moins difficile.

Mais la peur peut être un frein conséquent. La peur de perdre son salaire actuel, la peur de ne pas s’en sortir après, la peur de perdre la sécurité de l’emploi dans le cas des fonctionnaires.

Il est donc important de faire un point et de définir s’il est plus pertinent de trouver le moyen de mieux accepter son travail actuel et de moins souffrir grâce à des méthodes de gestion du stress, ou s’il est vraiment plus intéressant de changer radicalement de vie.

Aussi, il appartient à chacun de bien étudier la question.

Quid de la relation d’aide ?

Les personnes envisageant une reconversion professionnelle ont tout intérêt à consulter un acteur de la relation d’aide. Et c’est d’ailleurs ce qui peut les sensibiliser, à ce moment là à franchir le pas pour se lancer à leur tour dans ce type d’activité.

Un relaxologue ou masso-relaxologue leur permettra de prendre du recul et d’accéder à un état de détente.

Un coach les accompagnera sur la partie concrète. Les étapes, les actions à mener, les stratégies à mettre en œuvre. Il aide son client à réfléchir aux meilleures options.

Un sophrologue ou un hypnopraticien leur donnera des outils de gestion du stress et de libération émotionnelle et leur permettra de se préparer mentalement aux changements qu’ils souhaitent opérer.

Un thérapeute bien formé avec une large boîte à outil, apportera tout cela, mais au préalable, les aidera à faire le point, à comprendre leur mal-être, à éclaircir leurs idées et à définir clairement ce qu’ils veulent, avant de passer à la phase de changement. Ce qui peut passer par le déverrouillage de certains blocages générés par leur expérience de vie.

Chacun peut donc choisir le praticien qui correspond le plus à son besoin en fonction de sa propre situation.

En quoi EFDS facilite l’accès à la reconversion professionnelle dans la relation d’aide :

EFDS dispense des formations qui permettent d’être réalisées tout en conservant son emploi actuel. Cela permet de ne pas se lâcher des deux mains et de prendre le temps de réaliser son installation en toute sécurité.

La plupart des cursus étant individuels, les postulants peuvent s’inscrire à tout moment et ne sont donc pas obligés d’attendre le démarrage d’une session.

Une grosse partie de la formation se fait en e-learning avec supports écrits, vidéos, audios et avec des cours particuliers en direct avec un formateur par skype.

Certains cursus comportent des séminaires collectifs pratiques, qui nécessitent un ou 2 déplacements durant la formation.

Il existe un cursus de sophrologie qui se déroule en collectif et qui, lui, se divise en 4 séminaires pratiques.

Dès la rentrée 2019, des séminaires à thème seront organisés pour que les élèves et anciens élèves puissent se perfectionner sur différents sujets.

Les formations EFDS ont pour objectif de préparer au mieux les futurs professionnels à la réalité de terrain et à la pratique en cabinet.

De nombreux cas sont étudiés et l’élève s’entraine régulièrement par des jeux de rôles avec son formateur, mais aussi avec d’autres élèves par skype et avec des personnes de son entourage sous la supervision de son formateur.

Le gros atout des formations EFDS, c’est qu’elles dispensent une véritable méthodologie de prise en charge.

Le futur praticien apprend alors, à articuler avec pertinence les séances, de façon progressive en réfléchissant à l’avance sur les actions à mener pour aider, au mieux le client.

Les formateurs EFDS permettent à leurs élèves de prévoir leur action grâce à un protocole ou un plan, modifiable en fonction de l’évolution du client et qui tient compte de son objectif, de ses besoins, de ses valeurs et de sa spécificité.

En aucun cas il ne s’agit d’appliquer un protocole préfabriqué, mais bien d’une approche entièrement personnalisée.

Il est question de définir avec le client une chronologie de ses besoins, et des changements qu’il veut opérer.

Pour ce faire, le futur praticien EFDS, quel que soit son choix de formation, est formé à l’entretien clinique et aux techniques de communication ainsi qu’au savoir être nécessaire.

Il est formé aux outils spécifiques du cursus qu’il a choisi. Et il est également formé au déroulement de la prise en charge.

Il réalise, durant son cursus deux prises en charge complètes qui sont évaluées par un jury et peut ainsi se lancer dans la vie professionnelle avec un minimum d’expérience et de bon sens.

Les formations EFDS sont personnalisées, du fait que même lorsque le cursus est collectif, les échanges individuels avec le formateur référent à l’occasion des rendez-vous skype, permettent de prendre en considération les spécificités de chacun.

L’élève travaille précisément sur ce qui lui donne le plus de difficultés afin de s’améliorer. Il choisi parfois lui-même les notions qu’il veut réviser en cours, ou les exercices qu’il soumet à son formateur pour correction.

Bien entendu ces formations nécessitent beaucoup de travail personnel et de remises en question car l’enjeu est grand et que pour accompagner d’autres personnes, il est important de bien se connaitre soi-même et de maîtriser les fondements de sa future pratique.

Il nous semble également important que le futur professionnel sache faire preuve de sérieux, d’implication et d’engagement et respecte les règles éthiques de la profession choisie.

Conclusion :

La reconversion professionnelle vers un métier de la relation d’aide est plus qu’un choix.

C’est une vocation.

Il est important de s’être soi-même fait aider afin de comprendre les rouages, les enjeux et les bénéfices d’un tel accompagnement.

Il est important d’avoir également conscience qu’au-delà d’être un bon praticien, l’installation nécessite un projet professionnel solide avec un plan de développement de son activité.

Tout cela est normalement prévu en amont par l’élève et est retravaillé à l’occasion de la rédaction de son dossier de certification.

Cela lui permet d’être prêt à se confronter à la réalité de terrain et à bien envisager tous les tenants et aboutissants de son changement de vie.

Si vous souhaitez en savoir plus sur nos formations, car vous estimez que notre école et notre philosophie correspond à votre projet, alors, vous pouvez consulter notre site : https://www.efds-sophrologie.fr/

Ou joindre nos formateurs au 01.79.75.84.84

Samantha Mercier

L’École Française De Sophrothérapie.
EFDS®, EFDP®, Caval-Connect EFDS®