Ecole Française De Sophrothérapie | 01 79 75 84 84|contact@efds-sophrologie.fr
Accueil » Pourquoi le cheval est un accélérateur de thérapie ?

Pourquoi le cheval est un accélérateur de thérapie ?

Le cheval a un immense atout : il reconnaît son interlocuteur en tant que tel. Pas d’entourloupes. Pas d’erreurs. Cet avantage inné lui permet de déceler nos failles de manière instinctive. Le cheval est donc capable de nous guider afin de parvenir à dépasser nos comportements habituels, nos éléments de blocages, nos doutes et nos angoisses. En ce sens, le cheval est un accélérateur de thérapie qui peut très bien servir dans le cadre d’une relation d’aide.

Le cheval, ce merveilleux médiateur

En coaching sportif ou en développement personnel, la relation d’aide relie un interlocuteur en demande et un thérapeute dont le rôle est d’accompagner le premier à mobiliser ses énergies internes pour parvenir au lâcher prise et améliorer les points de blocage du quotidien. Parfois, l’intervention d’un tiers est bénéfique pour affiner la relation d’aide et accélérer les résultats. Le cheval peut parfaitement revêtir cette fonction de médiateur entre le thérapeute et la personne.

Pour ce faire, le cheval a plusieurs vertus. Il affiche par exemple une présence apaisée, dénuée de tensions inutiles et perturbantes. Le cheval suscite des émotions, soulève des questionnements et génère des réactions qui servent à faire avancer la relation d’aide. Les échanges sont ainsi facilités. Le cheval s’avère donc un allié idéal du thérapeute grâce à sa sensibilité qu’il puise en lui, car, dans la nature, ces compétences lui permettent tout simplement d’atténuer les dangers qui pourraient guetter.

Le cheval comme miroir révélateur

La sensibilité de l’équidé lui octroie donc le rôle de miroir révélateur, percevant des éléments jusqu’alors inaccessibles y compris pour le thérapeute…ou tout du moins inaccessibles dans un laps de temps réduit. Or, la sophrothérapie est une thérapie brève. La notion de temps n’est pas anodine, d’où l’intérêt d’avoir un médiateur qui booste la démarche. En revanche, le thérapeute apporte sa compréhension de l’animal, le décryptage de son comportement et de ce qu’il traduit de la personne. Le professionnel peut alors déterminer les objectifs et définir une stratégie pour les atteindre plus facilement.

Par ailleurs, le cheval ne juge aucunement la personne qui est à ses côtés. Du coup, le client se sent plus rassuré par définition et se livre, consciemment ou non, sans doute plus aisément. L’animal offre aussi un cadre réconfortant, parfois récréatif, utile dans la relation d’aide pour accélérer les choses. Notez que la démarche ne demande pas un quelconque niveau en équitation. Les exercices ne consistent pas forcément de monter à cheval et sont adaptés en fonction du ressenti de la personne. Ces exercices sont variés : diriger le cheval, position d’équilibre, jeux de rôles, brossage, pansage, etc.

Le praticien a l’expérience nécessaire pour encadrer ce type de thérapie qui s’adresse aussi bien au grand public, qu’à des cavaliers émérites (coaching sportif) ou d’autres thérapeutes soucieux d’utiliser le cheval comme médiateur thérapeutique dans l’exercice de leur profession.

Si vous souhaitez obtenir des renseignements sur la formation Caval-Connect proposée par l’Ecole Française de Sophrothérapie, n’hésitez pas à contacter nos équipes.

Sébastien BORCHI

Découvrez notre site Caval-connect

18 octobre 2017|