Se former aux métiers de la relation d’aide demande une forte implication

Se former aux métiers de la relation d’aide demande une forte implication

Se former aux métiers de la relation d’aide demande une forte implication

La formation en sophrologie à distance réclame une implication de tous les instants de la part du stagiaire. C’est d’abord un gage de réussite pour l’apprenant mais c’est aussi une attente de la part des équipes de formateurs de l’Ecole française de sophrothérapie (EFDS). La motivation fait clairement partie des éléments d’évaluation pour obtenir la certification. L’occasion de redécouvrir la charte du stagiaire.

Tour d’horizon des engagements classiques d’un stagiaire en formation aux métiers de la relation d’aide

Si l’EFDS s’applique une charte et assume ses responsabilités, le stagiaire n’est pas en reste. En tant qu’apprenant au sein d’une formation professionnalisante, il doit s’engager à participer de manière active à toutes les étapes de la formation aux métiers de la relation d’aide (sophrologie, coaching, relaxologie, Caval-Connect, etc.). Le stagiaire doit respecter évidemment l’organisation de la formation, le règlement intérieur, les horaires et toujours prévenir des éventuelles contretemps ou absences.

Lors des séminaires présentiels, son comportement doit être respectueux de la vie de groupe. Il doit prendre soin des lieux de formation, du matériel et des moyens mis à sa disposition. Il s’engage aussi à participer aux épreuves en lien avec la formation, à savoir les examens, les évaluations, les tests et les contrôles continus. En outre, le formé s’engage à ne pas divulguer le contenu des cours et les ressources bibliographiques délivrées au cours de son cursus.

Le stagiaire doit également conserver une neutralité et une bienveillance sur le travail effectué par les autres stagiaires. Il s’applique la règle tacite du secret professionnel et partage cette confidentialité avec l’ensemble des acteurs pour plus de partage et d’ouverture. L’apprenant doit enfin attester d’une démarche de travail sur lui-même, au cours de la formation, étant donné les implications psychologiques que celle-ci représente.

L’implication comme élément moteur de la formation EFDS aux métiers de la relation d’aide

L’implication se mesure par une volonté d’acquérir un savoir-être et un savoir-faire, de ne pas prendre la formation à distance à la légère sans respecter ses interlocuteurs ni l’école qui met en œuvre le programme. D’où l’intérêt d’un rendez-vous préalable d’orientation pour analyser les attentes du stagiaire et le meilleur cursus à sélectionner.

Au cours de la formation, l’implication s’évalue à travers des notions aussi variées que la ponctualité, le respect du formateur référent, la qualité du matériel pour pouvoir prendre part aux séances de visioconférence, la réservation de sa place pour les séminaires obligatoires au moins deux mois avant la date, etc..

L’implication, c’est aussi l’assiduité, l’engagement à fournir un travail régulier (rendu d’un devoir tous les deux mois), la participation active aux exercices proposés, l’acceptation des retours critiques, la réactivité dans les réponses aux mails, l’application des procédures sophroniques, le travail personnel ou encore le fait d’exprimer les difficultés ou les incompréhensions.

Cette charte du stagiaire de l’EFDS n’est pas rédigée pour vous contraindre mais tout simplement pour vous permettre de suivre une formation des métiers à la relation d’aide à distance de qualité, avec des retombées positives en termes de débouchés professionnels. Une question de droits et de devoirs qui nous plaçons au cœur de nos préoccupations.