A travers cet article, je voudrais vous citer 3 arguments de nos détracteurs et vous proposer nos réponses.

1. La sophrologie ne s’apprend pas, elle se vit.

Dans ce cas, toute école est concernée. L’école n’est-elle pas, par définition, un lieu où l’on apprend quelque chose ? Si l’école apporte un complément à la pratique du sujet, il est important qu’il ait pratiqué et qu’il continue à le faire en parallèle avec un professionnel qui lui permet d’en faire l’expérience.
En aucun cas, le fait de se former à devenir sophrologue (que ce soit en e-learning ou en présentiel) ne dispense de la pratique personnelle de la sophrologie.

Cependant l’école sert surtout à acquérir des compétences professionnelles pour accompagner un client et justement de l’amener à vivre cette expérience.

C’est donc surtout sur cela que l’enseignement se base :

• Accueillir le client, identifier ses besoins, l’aider à définir ce qu’il désire concrètement.
• Construire ses séances afin de permettre au client d’accéder à l’état de conscience qui sera propice à la stimulation de ses capacités.
• Maîtriser les techniques pour que le client puisse opérer les changements qu’il désire.
• Articuler ses séances de façon pertinente et chronologique pour que le changement soir progressif et qu’il apporte un équilibre durable pour la personne.
• Evaluer son action afin de la réajuster si elle paraît insuffisante ou trop ambitieuse.
• Proposer des exercices afin que le client puisse pérenniser les bénéfices de ses séances.
Il se base également sur le savoir-être et sur quelques connaissances en psychologie humaine afin d’éviter trop d’écueils et des pièges relationnels.
C’est cet apprentissage qui fait la différence entre un sophrologue et quelqu’un qui pratique la sophrologie. Donc oui, la sophrologie se vit et s’expérimente. Pour autant, la pratique, seule, ne permet pas de devenir professionnel.

2. La formation à distance est impersonnelle, les échanges sont virtuels

En ce qui concerne EFDS, la plupart des cours sont des cours particuliers. A chaque stagiaire est attribué un formateur référent, interlocuteur privilégié auquel il peut poser toutes ses questions.
Cette exclusivité permet vraiment une personnalisation de la formation en fonction des besoins de l’élève.
Si le moyen de communication est dit « virtuel » parce qu’il se passe par écran interposé, il y a quand même un être humain de chaque côté. Le formateur et l’élève se voient et se parlent. Alors certes, ils ne se touchent pas, mais les contacts physiques entre élèves et formateurs ne sont pas forcément au cœur d’une formation de sophrologie.
De plus, nos formations comprennent des séminaires en présentiel pour la pratique. Il y a donc, un rapprochement humain et la possibilité de rencontrer d’autres élèves et les formateurs en chair et en os.
Les séminaires se font par petits groupes et comptent rarement un maximum de 20 personnes, car en général le nombre oscille entre 8 et 16 personnes.

3. La formation à distance ne prépare pas à la réalité de terrain.

La plupart de nos élèves sont satisfaits du contenu, du format des cours et de la progression pédagogique proposée.
Une fois certifiés, ils se sentent aptes et légitimes à accompagner leurs premiers clients, car ils ont travaillé sur diverses études de cas fictives d’abord et réelles ensuite.
La méthodologie EFDS permet justement d’avoir les ressources pour accompagner le plus grand nombre.
Les futurs sophrologues sont également sensibilisés à leurs limites et savent assez facilement repérer les clients qu’ils doivent adresser à des professionnels de santé ou à d’autres praticiens.
Conclusion :
L’enseignement à distance ne correspond plus au vieux schéma du CNED dans les années 80. Il a évolué technologiquement et est utilisé par des universités prestigieuses et par la fac de médecine.
Il ne remplace pas l’apprentissage pratique et technique qui se fait également, mais apporte des moyens pédagogiques facilitant l’intégration des données. En aucun cas l’enseignement à distance, en tout cas dans notre école, ne fait l’économie de la pratique.

De plus, le fait d’avoir des supports ludiques et des vidéos ainsi que des exercices en ligne permet :
– De pouvoir réécouter des explications jusqu’à intégration
– Une interaction qui rend le stagiaire acteur de son apprentissage
– De réaliser des entrainements et jeu de rôle par skype avec élèves et formateurs
Les cours virtuels par skype ont le grand intérêt :
– D’être personnalisés
– De pouvoir revoir un point de théorie ou de s’entrainer à la pratique (simulation)
– D’être réservés par l’élève selon ses disponibilités.
Les séminaires pratiques, enfin, ont pour objet :
– Les mises en situation en présentiel
– La confrontation aux questions et aux visions des autres stagiaires dans une dynamique de groupe stimulante
– L’ajustement et le perfectionnement du savoir-être et du savoir-faire.
A cela se rajoute la relation exclusive avec le formateur référent qui guide l’élève vers la création de son identité de praticien. En effet, loin de proposer un formatage, l’école met en avant la diversité afin que chacun puisse, en toute congruence, sensibiliser le type de client qu’il cible.

La sophrologie étant avant tout une aventure humaine, nous trouvons essentiel qu’il sache mettre en avant ses priorités et sa personnalité afin d’éviter au maximum à la clientèle, des erreurs de casting.
En sachant informer au plus juste sur sa pratique et ses propres points fort, le futur professionnel présente la sophrologie à sa façon. Cela permet aux éventuels clients de faire leur choix de praticien sur des bases au plus près de la réalité.

Il est donc évident, à ce jour, que les personnes critiquant la formation à distance n’en connaissent pas les tenants et aboutissants. Parfois, ils ont, eux-mêmes fait une mauvaise expérience il y a des années en arrière et font de leur cas personnel, une généralité.

Aussi, si nous comprenons que ce format puisse ne pas correspondre à certains, pour autant nous croyons en notre méthode qui a fait ses preuves au regard des professionnels qui sortent de notre école.
Si chacun fait son propre choix, il est important que ce choix se fasse sur de bonnes bases, voilà pourquoi je trouvais important de remettre en question certaines idées reçues.
Pour toute question, contactez notre équipe au 01 79 75 84 84

Samantha Mercier