Le massage bien-être

Rien d’extraordinaire dans le fait que le massage soit relaxant. D’où l’idée qu’il peut être un instrument au service du lâcher prise dans le cadre d’une relation d’aide. C’est pourquoi l’Ecole française de sophrothérapie (EFDS) propose une formation dédiée au massage bien être, le temps d’un séminaire de cinq jours à Paris, à Lyon ou à Marseille.

Le massage, une bulle de quiétude au service du lâcher prise

Au cours d’une séance de massage, notre cerveau est uniquement alimenté par des sensations physiques. Cet état qui est comparable à la méditation ou à l’hypnose est une fenêtre de tirs parfaite pour obtenir le lâcher prise. Or, le lâcher prise est prisé en sophrologie, et plus généralement en relation thérapeutique, car il permet de prendre conscience des énergies internes à mettre au service de la résolution d’une problématique (stress au travail, hyperactivité, manque d’estime, etc.).

Aux yeux du grand public, le massage est synonyme de détente, une parenthèse où nos soucis, nos angoisses et nos urgences sont confinés loin de notre esprit. Ce repos apparaît parfois plus efficace que le sommeil pour se ressourcer et pour récupérer. En effet, il n’est pas pollué par des cauchemars envahissants, des rêves alambiqués voire des nuits entrecoupées. Ce repos du corps amène automatiquement au repos de l’esprit. Et cette vertu l’oriente automatiquement sur les sensations corporelles que procure le massage.

Comment fonctionne le cerveau du massé durant une séance ? La personne perçoit qu’un masseur s’occupe d’elle ce qui lui apporte de la sécurité, elle-même engendrant un sentiment de relâchement total. En écoutant son corps sans faire d’effort particulier, le massé oublie le reste autour pour ne plus penser sans pour autant se sentir vide. Tout le monde n’atteint pas ce stade dès le premier massage mais progressivement, le cheminement se fait.

Se former à la pratique du massage bien être

Le rapport au corps est une problématique qui concerne tout le monde. Le masseur doit donc intégrer cette donnée car la personne venue se faire masser n’accepte pas forcément d’être touchée. D’ailleurs, certains clients éprouvent de la fierté à avoir franchi ce cap tant les résistances internes peuvent être prégnantes. C’est au thérapeute d’anticiper cette gestion pour mieux accompagner le massé à la réappropriation de son image corporelle.

Le massage joue sur tous les registres du touché, passant aussi bien par la perception que par le sens ou la solidité. Il œuvre par ailleurs à l’harmonie énergétique du corps à travers tout un mécanisme de rééquilibrage. Toutefois, les gestes techniques sont plus délicats d’où l’intérêt d’une formation pour devenir masseur. L’exécution doit être lente et le mouvement enveloppant afin de ne pas se focaliser sur un point unique.

Durant cinq jours, vous vous formez aux gestes de base du massage. L’objectif est de les combiner afin de savoir réaliser un massage complet. L’évaluation de ce module optionnel consiste d’ailleurs à prendre en charge un massage complet pendant une heure. L’enseignement débute par la lecture et l’acquisition des rappels anatomiques et physiologiques du corps, ainsi que les règles élémentaires d’hygiène, d’éthique et d’utilisation du matériel. Et dès le premier jour, la pratique du massage commence.

Si vous aussi êtes tenté par une formation en massage bien-être à visée professionnelle ou récréative, l’EFDS vous accueille à Lyon du 17 au 21 juin 2019. Réservez vos places dès à présent !

L’École Française De Sophrothérapie.
EFDS®, EFDP®, Caval-Connect EFDS®