La sophrologie pour aider les soignants

La sophrologie pour aider les soignants

La sophrologie pour aider les soignants

Pas facile d’être en première ligne dans une crise sanitaire de cette ampleur aussi bien physiquement que psychologiquement ! Et pourtant l’ensemble du secteur hospitalier a su faire face tant bien que mal, dans un environnement professionnel mais aussi privé anxiogène. Quels sont les moyens pour calmer le stress au travail ? Sans doute que la sophrologie peut jouer pleinement son rôle !

Les conséquences psychologiques des soignants en première ligne

Un sondage Ifop/Le Journal du Dimanche paru au mois d’avril indiquait que 84% des Français étaient envahis par l’inquiétude provoquée suite à la pandémie et le confinement. Ce dernier augmente d’ailleurs sensiblement le risque de détresse psychologique développant des troubles de l’anxiété, des dépressions ou encore de la confusion. Autre écueil : l’apparition de symptômes de stress post-traumatique qui surgissent parfois bien longtemps après l’événement marquant.

Une catégorie de population est évidemment plus exposée encore : le personnel de santé, c’est-à-dire les médecins, les infirmiers et les aides-soignants. Premier pays touché par le Covid-19, la Chine se préoccupe justement de la santé mentale de ses soignants en étudiant et en anticipant les conséquences psychologiques sur le long terme. L’idée est de protéger cette population qui s’avère essentielle à la gestion de la pandémie. Sans eux, c’est la catastrophe assurée !

Une étude chinoise a interrogé les professionnels de santé confrontés aux patients atteints du Coronarivus, plus précisément ceux frappés de détresse respiratoire. Les soignants manifestent deux fois plus de symptômes d’anxiété et de dépression que leurs homologues hors zone de risque. Ces mêmes soignants en première ligne présentent également 34% plus de symptômes d’insomnie et de détresse psychologique. Les sources de détresse peuvent englober un sentiment de vulnérabilité ou encore de perte de contrôle, un fait encore plus tangible chez les infirmiers que chez les médecins, les premiers étant en contact prolongé avec les patients.

Les atouts de la sophrologie pour les patients

L’organisation mondiale de la santé (OMS) invite à mettre en place des mesures en faveur de la santé mentale des soignants. La première d’entre elles recommande des plages de repos plusieurs fois par jour afin de lutter contre l’épuisement professionnel qui peut rapidement survenir. Tout dépend alors de la qualité du sommeil, un élément sur lequel la sophrologie peut agir à travers des exercices de relaxation et de détente.

L’information des soignants mais aussi la solidarité jouent pleinement. Dans cette crise, les applaudissements quotidiens à 20h sont donc une bienveillance et un encouragement très importants pour le personnel soignant qui se sent soutenu. Plusieurs plateformes ont également été proposées pour accompagner les professionnels de la santé. A ce titre, les outils de visioconférence s’avèrent précieux (entretien à distance avec des sophrologues), faisant fi de la distance physique et des horaires de disponibilités des soignants.

Mais les sophrologues ne sont pas exonérés de difficultés face aux témoignages poignants des soignants, racontant les décès, la surcharge de travail, la peur de l’infection et l’impuissance. D’où l’intérêt de la supervision et d’une bonne formation en sophrologie. Autant d’options que promeut l’Ecole française de Sophrothérapie (EFDS) auprès de laquelle soignants et thérapeutes pourront trouver des solutions