Ecole Française De Sophrothérapie | 01 79 75 84 84|contact@efds-sophrologie.fr
Accueil » Blocage émotionnel, comment le cheval peut nous aider?

Le cheval permet de dévoiler nos émotions et mettre à jour nos blocages.

Blocage émotionnel, comment le cheval peut nous aider ? Les émotions sont sources de blocages. Le souci est qu’elles ne sont pas toujours faciles à appréhender. Depuis toujours, c’est dans son environnement que l’homme trouve des solutions à son bien-être. Ici, c’est le cheval qui permet de dévoiler nos émotions pour mieux nous remettre en selle dans notre quotidien !

Qu’est-ce qu’un blocage émotionnel ?

Un blocage émotionnel nous empêche de nous accomplir. Cette sensation envahissante qui nous cueille sans forcément qu’on s’y attende agit comme une barrière. Un blocage émotionnel peut être général (il intervient dans notre vie) ou parcellaire (il n’intervient que dans notre vie privée, notre vie familiale ou notre vie professionnelle). Comment se traduit-il concrètement ? Par un manque d’assurance. Conséquences : impossibilité de dénicher un métier susceptible de nous rendre heure, de trouver un partenaire amoureux avec qui s’investir dans la durée…

Ce manque d’assurance peut même devenir un bouclier protecteur. Nous pouvons nous réfugier derrière lui pour expliquer nos mésaventures et nos freins. Bien caché derrière cet abri de façade, nous nous mentons. Il faut alors approfondir ses recherches et débusquer le véritable problème, source de tous ces maux. Le manque d’estime de soi et la peur qui en découle sont des raisons de déclenchement de blocages émotionnels.

Pour certains, l’angoisse d’être rejeté par l’autre s’installe. Pour d’autres, les blocages se traduisent par du pessimisme à outrance, de la jalousie maladive, du jugement des autres hâtif ou de la honte irrationnelle de parler en public. Ces comportements sont des postures qui semblent nous protéger en apparence. Ces dernières nous enserrent et nous empêchent de sortir de notre zone de confort. Tous ces éléments négatifs et ces pensées parasites sont autant de freins à notre épanouissement.

Le cheval, témoin et révélateur de nos émotions

Pour mettre à jour et chasser ces blocages, il va falloir faire un travail afin d’identifier et de dévoiler ces émotions. La relation d’aide auprès d’un sophrothérapeute fait partie du bouquet de solutions qui s’offre à vous. Ces professionnels disposent de plusieurs techniques et de nombreux outils pour vous accompagner dans votre démarche. Certains utilisent notamment la présence du cheval. L’équidé a un immense avantage sur l’homme : il est doté d’une hypersensibilité innée. Autrement dit : il est capable de lire nos émotions.

Or, c’est justement le but recherché : dévoiler les émotions pour éradiquer les blocages qui ne font que nous ralentir. Un sophrologue peut dont faire intervenir le cheval comme intermédiaire, grâce à des méthodes basées sur l’éthologie, c’est-à-dire l’étude du comportement de l’animal et les interactions possibles avec lui. D’ailleurs, les cavaliers sportifs s’appuient aussi sur cette méthode pour balayer la peur de la chute, optimiser leur position dans l’espace ou rejeter tout stress avant une compétition.

Une étude publiée en 2016 par une équipe de psychologues de l’Université de Sussex* a démontré que le cheval parvenait à décrypter nos expressions faciales. En leur montrant la photographie d’un homme affichant une émotion négative, les chercheurs ont ainsi constaté une accélération de leur rythme cardiaque. En tant que miroir, l’équidé s’avère une aide précieuse dans le cadre d’une relation d’aide comme dans une opération de coaching mental.

L’Ecole Française de Sophrothérapie (EFDS) vous propose de tester la méthode Caval-Connect. Cette méthode de développement personnel est une thérapie à médiation corporelle, dans un cadre sécurisant, autour d’une réelle rencontre avec le cheval.

Vous êtes intéressé par notre formation Caval-Connect ? Contactez-nous dès à présent pour réserver votre place.

Sébastien BORCHI
Directeur EFDS- CAVAL CONNECT

* http://www.sussex.ac.uk/broadcast/read/34197

27 février 2018|